Bonjour à tous

Publié le par Pap Gahyo

 Il y a évidemment plein de sujets sur lesquels nous pourrions nous révolter.

Cependant, en temps que musicien, le premier "coup de gueule" que je voulais pousser est bien sûr cet art et son traitement dans les média.
J'ai préféré me concentrer sur la télé car, bien qu'il y ait des choses à redire sur certaines radios, ce médium me semble moins "corrompu" que son éminent collègue.
Je pense, en effet, que la télé tend à aséptiser la musique et ses compositeurs mais surtout les gens qui se "cultivent" par le biais de ce puissant vecteur communicant.
Les contraintes, mais surtout les attentes financières que les acteurs de ce secteur ont, font de cet art un simple business. Aujourd'hui, bien que la creativité et le renouvelement artistique soit au plus bas, d'énormes budgets sont alloués pour des émissions de télé dites musicales, où les artistes reconnus font le jeu des producteurs.
Malheureusement bien souvent attirés par la manne financière.
Le pire est bien sûr que ces programmes, non comtents de se faire passer pour des émissions culturelles, prétendent faire avancer les choses en découvrant des jeunes talents.
Pour ma part, je pense qu'on ne doit pas blâmer ces jeunes auteurs-compositeurs, la France n'ayant pas une culture musicale, il est très difficile d'être considéré professionellement comme musicien. Ainsi, les artistes sont souvent obligés de faire des compromis avec le monde vil du show business.
Hormis les émissions comme "la nouvelle star" ou "star academy", je soutiens que des émissions comme "taratata" ou encore des évenements comme "les victoires de la musique" participent à la même hypocrisie que les émissions de télé-réalité.
En effet, je pense que ces émissions tentent à faire de la musique "live" une chose de nantis. On remarquera que le public est souvent composé de gens qui ne représentent pas forcément les foules mélomanes que l'on retrouve dans les festivals ou autres concerts de musiques vivantes.
Le choix des artistes n'est pas non plus impartial et c'est souvent les mêmes têtes que l'on retrouve.
Ces artistes ne sont même pas ceux qui vendent le plus de disque, les acteurs du mouvement hip hop, mais plutôt ceux qui répresentent le "patrimoine" culturel français (pas besoin de citer de noms, je pense que tout le monde voit bien de qui on pourrait parler).
Le dernier point que je traiterai, bien qu'il y en est encore plein à dénoncer, sera sur le traitement du conflit des intermittents du spectacles par les média, qui ne sont que des relais du pouvoir en place.
Pour ma part, il me semble qu'il s'agit bien là d'une lutte sociale. Mais les différents journaux télévisés traitent cette affaire en montrant du doigt les victimes d'une oppression étatique et en font par la même occasion des fauteurs de troubles paresseux, éternels insatisfaits. Et ceci, malgré les pseudo efforts du ministre de la culture. Ce raisonnement odieux aveugle les français sur la réalité du débat et sur les réelles révendications des intermittents.
Je conclurai qu'il est maintenant nécessaire de prendre en considération tous ces facteurs qui minent la création artistique, en l'occurence la musique hexagonale. Le combat est loin d'être gagné mais j'ai espoir en la scène informelle du pays, celle là même qui constitue le vrai vivier effervescent de notre art...

Publié dans Divers

Commenter cet article

alessandra 14/03/2006 08:54

Voilà le link....Bonne continuation...Salut de l'ItalieAlessandraetLoungerieensamble

fawzi benabdallah (clichy la garenne) 13/03/2006 21:03

pour répondre à Miss-Cini ,il faudrait d'abord qu'il y ai une volontépolitique à rendre la culture populaire et diversifié,en augmentantles scenes dans les communes,dans les département,dans les régions.cela passe par des décisions,par favoriseé  l'accées à touteles cultures.combien de communes sous-expltoites leur salle municipale oû leur théatre et ne favorise pas les artistes qui  éssayent de vivre de leur musique.peut-étre favorisée en les incitant à développer la diversité musicalet pour cela des objectifs à atteindre.

fawzi benabdallah (clichy la garenne) 13/03/2006 20:43

j'ai beaucoup apprecié votre site et les commentaires.à propos des medias,aujourd'hui ce n'est pas qualité artistiqueque l'on recherche,c'est une tronche,un texte si possible vendeur et le tour est joué.si dans la durée cela marche,on fait un albumbien aseptisé et on attend les bénéfices.la prise de risque n'existe pas oû plutôt n'existe plus,encore que des labels independanten prennent par ce qu'ils ont trouvés la perle rare mais pour peu de temps (les gros sont à l'affut).votre percévérence et votre talent sont votre réussite.bonne continuation.ps: merçi, roots spirit  l'album est un formidable coupde chaleur,bientôt un autre je l'espére.

Miss-Cini 12/03/2006 23:06

merci messieurs de vous exprimer sur ce sujet et d'être aussi clairvoyants... Je suis tout à fait d'accord avec vous...Mais que proposez vous pour enrrayer ce problème... Moi je ne vois pas de réelles solutions ! Pourtant j'ai cherché.

djool b 11/03/2006 18:16

yo !
 

 Je suis assez d'accord avec toi jahknow, c'est clair que la personne qui pense se cultiver par le biais de la télé, ce n’est pas gagné !!! Surtout niveaux émissions de musique (live' spectacle vivant). L'argent de la culture se retrouve raflé par les gros poissons de la profession : Opéra, grosses salles de spectacle, et heureusement, mais franchement ça pèse pas lourd, encore quelques mjc, associations, festoches qui ce battent pour obtenir de petites subventions (1 fois sur 10). Ce sont ces derniers les seuls à programmer de jeunes artistes et à leur offrir de vraies conditions et donc une considération professionnelle par un cachet, un contrat, une vraie salle avec du matériel, des techniciens, etc. ...pro koi !
 

Mais c'est de plus en plus dur car il y a de moins en moins de budget pour les plus petites structures...qui sont le véritable vivier des artistes d'aujourd'hui !
 

Combien de cafés concerts ne respectent pas les artistes et leur travail, en imposant des conditions misérables à ces groupes pour leur permettre de se produire? Comment peut-on continuer notre musique dans ces endroit (pratiquement les seuls qu'ils nous restent) si pour un groupe de 7 membres il faut 5 concerts pour pouvoir déclarer un cachet par personne dans les règles de l'intermittence?  Encore faut-il qu'on laisse au groupe la totalité des recettes de la billetterie, (max 5 euro la place) quand la fréquentation moyenne est de 70 personnes. Ca vous donne une idée? Bref chacun doit trouver des solutions pour s'en sortir et essayer de vivoter autour de son art, mais jusqu'à quand? Il ne faut pas s'étonner après qu'il ne reste que des privilégiés qui malheureusement trop rarement ont de vraies choses à dire, une sincère originalité et un réel talent. Pour pouvoir obtenir le statut c'est déjà très difficile et là on est en train de compliquer et d'en compliquer son fonctionnement. Mais comment voulez vous que la culture s'en sorte. A croire que "la soupe" est bonne.
 

On l’a goûté aux dernières victoires de la musique ! hum !!!: Il y avait la bjiork à la française "Camille», les no doubt à la française "excusez moi j'ai vraiment pas retenu" sans oublier ceux qui essayent de prendre un créneau ...faire du Gainsbourg, mais ils ont oublié que le mec en question a encore et toujours aujourd’hui  beaucoup d'avance sur sa musique et son style.
 

La France d'hier a quand même un passé culturel représentatif de son peuple de l'époque. Je pense à Brel, à Brassens, Piaf ou Gainsbourg, Renaud ...Enfin ceux sont de vraies personnes qui étaient là par ce qu'ils le valaient ! Et non pas parce qu'ils avaient un visage ou un corps à faire des pochettes de disques commerciaux, c’était encore de la musique. On se retrouvait en eux, dans leurs chansons et leur musique. Aujourd’hui le problème vient du fait que le peuple a de plus en plus de mal a ce reconnaître dans les artistes phare du moment. Aurait-on oublié quel visage a la France d'aujourd’hui ?  Multi culturel, multi ethnique, multi confessionnel et que le premier vecteur qui peut nous rapprocher est la force de partage que la musique représente. Avec toute l'originalité et par conséquent le renouveau qui permet a l'art de grandir.
 

La France ça peut vraiment être big !
 

L'Union fait la force !